Devenir avocat : le règlement professionnel et les obligations

Publié le : 04 décembre 20205 mins de lecture

Le serment prêté par tous les avocats français avant d’exercer leur profession est le fondement de l’éthique juridique française : « Je jure, en tant qu’avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, intégrité et humanité ».

Éthique

Ainsi, les avocats doivent suivre un certain nombre de règles juridiques et déontologiques dans leurs relations professionnelles et extra-professionnelles.

  • Le principe d’indépendance garantit que les conseils que les avocats donnent à leurs clients ne seront jamais guidés par des intérêts personnels ou des pressions extérieures.
  • Le principe de loyauté signifie que les avocats ne peuvent ni conseiller ni défendre deux parties dont les intérêts pourraient entrer en conflit (règle des conflits d’intérêts).
  • Le principe de confidentialité couvre les communications verbales ou écrites entre les avocats et leurs clients, ainsi qu’entre les avocats et le président de leur barreau de district, à l’exception des informations qu’ils auraient pu acquérir lors d’échanges avec l’opposant.
  • Le respect du secret professionnel interdit aux avocats de révéler à des tiers les confidences ou secrets qu’ils pourraient recevoir de leurs clients. C’est primordial, absolu et non limité dans le temps : il s’applique à toutes les matières juridiques et dans tous leurs domaines d’application, tels que le conseil, la défense, etc. Outre une obligation déontologique, le respect du secret professionnel est une obligation légale et sa violation est une infraction pénale.

La discipline

Lorsque les avocats violent leurs obligations éthiques et professionnelles, ils sont non seulement pénalement responsables, mais également soumis à des sanctions disciplinaires allant de l’avertissement, à la suspension temporaire du droit d’exercer, à la radiation. La loi 2004-130 du 11 février 2004 et le décret 2005-531 du 24 mai 2005 fixent le règlement de la procédure disciplinaire.

Le parquet est le président de l’association, qui reçoit les plaintes et, le cas échéant, les traite en menant une enquête éthique sur les faits allégués, ou le procureur général de la cour d’appel.

Le parquet peut procéder à la clôture du dossier ou émettre une réprimande privée : ou, si les faits sont prouvés, l’autorité peut immédiatement, ou après une enquête éthique, transmettre le dossier au conseil de discipline qui tient des audiences de première instance sur les infractions commises par les avocats appartenant aux barreaux qui s’y trouvent. Seul le Conseil du Barreau de Paris a conservé ses prérogatives dans son domaine.

Formation continue

La loi du 11 février 2004, outre la modification du règlement de la formation professionnelle, a apporté quelques modifications dans la structure de la formation continue des avocats.

La formation continue est obligatoire depuis 2004. Tous les avocats doivent suivre 20 heures de formation chaque année.

Les barreaux sont chargés de superviser cette obligation et peuvent prendre des mesures disciplinaires contre les avocats qui ne se conforment pas.

Gestion des fonds CARPA

Aucun revenu que les avocats reçoivent de leurs clients ou adversaires lorsqu’ils agissent en tant que représentants ou assistants dans des actes professionnels, judiciaires ou juridiques pour le compte de leurs clients, ne leur incombe pas : il doit être déposé sur un compte bancaire spécial indépendant, réglementé et géré par le Fonds de règlement financier des avocats (CARPA).

C’est à la fois une obligation légale et une garantie essentielle pour leurs clients.

Il existe des contrôles stricts sur la façon dont les fonds déposés dans la CARPA sont traités : ces contrôles impliquent la sécurité, la transparence et l’origine de l’argent, en mettant l’accent sur la prévention du blanchiment d’argent.

Assurance responsabilité civile professionnelle

Les activités des avocats sont couvertes par une assurance responsabilité civile obligatoire, ce qui constitue une garantie importante pour leurs clients.

Être avocat en France : règlement professionnel – obligations

L’assurance responsabilité civile professionnelle couvre toutes les erreurs que les avocats pourraient commettre et qui pourraient causer des dommages ou une occasion manquée à leurs clients ou à des tiers, par exemple, manquer une date limite pour entreprendre un processus ou une action, ou faire appel.

Une assurance obligatoire est également souscrite pour couvrir l’argent confié à des avocats et déposé dans des comptes CARPA.

Couverture sociale et fonds de pension

Les professionnels qui travaillent pour eux-mêmes sont responsables de leurs propres cotisations de sécurité sociale, ainsi que de celles de tout employé. Celles-ci comprennent leurs contributions à l’assurance maladie, aux pensions de vieillesse, aux allocations familiales et à la retraite.

  • Les paiements pour l’assurance maladie sont obligatoires et couvrent l’assurance maladie, maternité et invalidité.
  • Les cotisations à l’assurance vieillesse sont obligatoires et les avocats effectuent ces versements à la Caisse nationale des avocats français (CNBF).
  • Les cotisations aux allocations familiales sont obligatoires et doivent être versées à l’URSSAF.

De plus, il y a des cotisations pour leurs barreaux et le Conseil national des barreaux.

À découvrir également : Qu’est-ce qu’une convention collective de travail ?

À parcourir aussi : 6 conseils pour les avocats travaillant à domicile

Plan du site